tonner

tonner

tonner [ tɔne ] v. intr. <conjug. : 1>
• v. 1120; lat. tonare
1Rare Faire éclater le tonnerre. Jupiter tonne. tonnant. « un vacarme à ne pas entendre Dieu tonner » (Mérimée). « le ciel qui tonne, grêle et pleut à torrents » (Sainte-Beuve).
2Impers. Cour. Éclater (tonnerre). « Sans s'inquiéter s'il pleut ou s'il vente, s'il grêle ou s'il tonne » (Flaubert).
3Faire un bruit de tonnerre. « une artillerie plus puissante, celle de la presse, tonnait désormais à l'oreille du peuple » (Michelet).
4(1622; trans. v. 1550) Exprimer violemment sa colère en parlant très fort. crier, fulminer, gronder, tonitruer. Tonner contre l'injustice.

tonner verbe intransitif (latin tonare) Produire un grondement sourd analogue au tonnerre : On entendait l'artillerie tonner au loin.tonner (difficultés) verbe intransitif (latin tonare) Orthographe Attention, tonner s'écrit avec deux n comme tonnerre. Ne pas se laisser influencer par détoner (= exploser) qui n'en prend qu'un. ● tonner (expressions) verbe intransitif (latin tonare) Il tonne, le tonnerre gronde. ● tonner (homonymes) verbe intransitif (latin tonare)tonner (synonymes) verbe intransitif (latin tonare) Produire un grondement sourd analogue au tonnerre
Synonymes :
tonner verbe transitif indirect Protester, s'emporter violemment contre quelque chose, quelqu'un : Un orateur qui tonne contre un projet de loi.tonner (homonymes) verbe transitif indirecttonner (synonymes) verbe transitif indirect Protester, s'emporter violemment contre quelque chose, quelqu'un
Synonymes :
- se déchaîner
- tempêter

tonner
v.
rI./r v. impers. Il tonne: le tonnerre se fait entendre.
rII./r v. intr.
d1./d Faire un bruit comparable au tonnerre. Le canon a tonné toute la nuit.
d2./d Parler avec emportement, avec violence. Tonner contre les abus.

⇒TONNER, verbe
A. — Empl. intrans.
1. a) Impers. Il tonne. Le tonnerre se fait entendre. Les éclairs illuminaient les abords de Théotime (...). La foudre est tombée sur un peuplier mort (...). Ce matin, à cinq heures, il tonnait encore; mais il ne pleuvait plus (BOSCO, Mas Théot., 1945, p. 327).
Proverbe. Quand il tonne en avril, le laboureur se réjouit.
Expr. fig. Toutes les fois qu'il tonne, le tonnerre ne tombe pas.
b) Faire entendre le tonnerre. Le ciel, la nuée tonne. Un jour de tiède et pâle automne, Après le mois qui consume et qui tonne (DESB.-VALM., Élégies, 1859, p. 70). L'orage tonnait dans le lointain (ADAM, Enf. Aust., 1902, p. 52).
c) Vieilli, littér. [Le suj. désigne une divinité, un élément de la nature divinisé] Lancer la foudre, faire entendre le tonnerre, signe de colère, de puissance. Jupiter tonne. Puisqu'un forfait si noir les trouve indifférens, Tonnez, confondez l'injustice, Cieux, obscurcissez-vous de nuages épais (DELAVIGNE, Messéniennes, 1824, p. 55).
Loc. fig. (C'est) à ne pas entendre Dieu tonner.
2. P. anal.
a) Faire un bruit fort, violent comme celui du tonnerre. L'artillerie, le canon tonne; les batteries tonnent; la mer, le volcan tonne; faire tonner, entendre tonner qqc. Sur les longs clous de fer tonnent les lourds marteaux (CHÉNIER, Amérique, 1794, p. 132). C'est un château du dix-septième siècle (...). Le vent tonne dans les cheminées (GREEN, Journal, 1932, p. 100).
b) [Le suj. désigne une pers.] Parler avec véhémence, exprimer avec force sa colère, son mécontentement. Synon. fulminer, tempêter, tonitruer. Démosthène, Mirabeau tonnait; tonner à la tribune, en chaire; tonner en faveur de qqc.; tonner sur qqn, sur qqc. Assemblée de douairières où l'on tonnait contre le P. Hyacinthe (FLAUB., Corresp., 1879, p. 180). Des huées, des rires énormes éclatent; la directrice veut tonner et ne peut pas, prise elle-même d'un fou rire (COLETTE, Cl. école, 1900, p. 252).
— [P. méton. du suj.] Une voix qui tonne. Qu'il ne retrouve plus en vous ce père indulgent qui justifioit tous ses torts, faites tonner l'honneur outragé, accablez-le de votre indignation (COTTIN, Cl. d'Albe, 1799, p. 212). Si nettement, à ses oreilles, tonnèrent ces terribles paroles:« ...admis à faire valoir ses droits à la retraite » (COURTELINE, Ronds-de-cuir, 1893, p. 229).
c) [Dans un cont. métaph.] Apparaître, se manifester avec éclat. La magnificence de l'automne Tonne dans le ciel lointain (CLAUDEL, Corona Benignitatis, 1915, p. 425).
B. — Empl. trans., plus rare
1. Exprimer quelque chose à travers le bruit du tonnerre. Il est un Dieu. (...) le vent le murmure dans les forêts, la foudre tonne sa puissance, et l'Océan déclare son immensité (CHATEAUBR., Essai Révol., t. 2, 1797, p. 286).
2. P. anal.
a) Faire entendre, annoncer quelque chose avec éclat, avec force. Dis-leur que la patrie A secoué le joug, que notre artillerie Doit tonner ce bonheur! (BOREL, Rhapsodies, 1832, p. 31).
b) [Le suj. désigne une pers.] Exprimer quelque chose avec force. Le curé se mit à tonner des ordres dans la sacristie (AYMÉ, Vouivre, 1943, p. 243).
— [Introd. un discours dir.] — Par exemple! tonna le bonhomme (BERNANOS, Soleil Satan, 1926, p. 72).
Prononc. et Orth.:[], (il) tonne []. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1140 intrans. « produire un bruit aussi fort que le tonnerre » (Voyage de Charlemagne, éd. G. Favati, 358); b) 1160-74 Dieu tonnant (WACE, Rou, éd. H. Andresen, 2085); 2. ca 1155 impers. (ID., Brut, éd. I. Arnold, 2481). Du lat. tonare « retentir fortement, faire retentir comme le tonnerre ». Fréq. abs. littér.:429. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 636, b) 864; XXe s.: a) 678, b) 408. Bbg. GOUGENHEIM (G.). La Constr. avec sujet des verbes exprimant des phénomènes météorologiques. Fr. mod. 1945, t. 13, pp. 200-204.

tonner [tɔne] v. intr.
ÉTYM. V. 1120; lat. tonare.
1 Rare. Faire éclater le tonnerre. || Jupiter tonne. Tonnant. || Un vacarme à ne pas entendre Dieu tonner (→ Gesticuler, cit. 2). || Dieu qui tonne pour menacer, manifester sa colère.Le ciel tonne.
1 (…) tout est d'un calme plat, excepté le ciel qui tonne, grêle et pleut à torrents.
Sainte-Beuve, Correspondance, t. I, p. 256.
2 (V. 1130). Impers. (Cour.). Se dit du tonnerre qui éclate. || S'il grêle ou s'il tonne (→ Ouvrier, cit. 1). || Il y a des éclairs; il va tonner.
3 Faire un bruit de tonnerre. || Le canon tonne (→ 1. Canon, cit. 4; effondrer, cit. 6; faucher, cit. 7; fumée, cit. 1). || Aux accents du bronze (cit. 1) qui tonne.(Abstrait). || La calomnie (cit. 5) éclate et tonne. || Je laissais tonner ma fureur (→ Bouée, cit. 1). Éclater.
2 La cour pouvait dès lors rassembler des canons et des armées; une artillerie plus puissante, celle de la presse, tonnait désormais à l'oreille du peuple, tout le royaume entendait.
Michelet, Hist. de la Révolution franç., I, II.
4 (Mil. XVIIe). Sujet n. de personne. Exprimer violemment sa colère en parlant très fort. Crier, fulminer, gronder, menacer, tempêter. || Robespierre tonnait contre ceux qui voulaient affamer (cit. 2) le peuple. || Écrivain qui tonne contre une œuvre (→ Florès, cit. 1).
3 (…) le curé tonne en chaire contre le moine (…)
La Bruyère, les Caractères, XIV, 22.
4 Mon avocat a triomphé bruyamment et a déclaré que les jurés apprécieraient. Mais le procureur a tonné au-dessus de nos têtes et il a dit : Oui, MM. les jurés apprécieront.
Camus, l'Étranger, p. 129.
DÉR. Tonnant, tonnerre.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Нужен реферат?

Regardez d'autres dictionnaires:

  • tonner — TONNER. v. n. impersonnel. Il se dit du bruit qui se fait dans les nuës, causé par des exhalaisons enflammées qui font effort pour sortir de la nuë. Ecoutez comme il tonne. il n a fait qu esclairer & tonner toute la nuit. On dit prov. Quand on… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • -tonner — combining form 1. Denoting a vehicle, vessel, etc weighing a specified number of tons or having a specified amount of tonnage 2. A load of a specified number of tons • • • Main Entry: ↑ton * * * tonner, combining form. something that weighs tons …   Useful english dictionary

  • tonner — Tonner, Tonare, Intonare. Tonner d enhaut, Superintonare …   Thresor de la langue françoyse

  • TONNER — v. n. Il se dit Du bruit causé par le tonnerre. Il n a fait qu éclairer et tonner toute la nuit. Il tonne souvent dans ce pays. Prov., C est un bruit si grand, qu on n entendrait pas Dieu tonner, se dit en parlant D un très grand bruit, d un… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • TONNER — v. intr. Faire éclater le tonnerre. Jupiter se mit à tonner. Fig., C’est un bruit si grand qu’on n’entendrait pas Dieu tonner se dit en parlant d’un Très grand bruit, d’un bruit qui assourdit. TONNER s’emploie surtout impersonnellement. Il n’a… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • tonner — (to né) v. n. 1°   Retentir, en parlant du bruit de la foudre. Il a tonné cette nuit. •   Où se forge la foudre, il ne tonne jamais, BERNIS Relig. veng. v..    Il s emploie impersonnellement en cette acception. 2°   Faire entendre, faire éclater… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Tonner — This is an English and sometimes Irish surname. The spellings are the often the same but the origins are quite different. In England the derivation is probably from the 12th century ton plus the suffix er . The general translation is one who came …   Surnames reference

  • tonner — noun Date: 1851 an object (as a ship) having a specified tonnage used in combination < a thousand tonner > …   New Collegiate Dictionary

  • tonner — /tun euhr/, n. something having a specified weight in tons (used in combination): The sailboat was a twelve tonner. [1850 55; in parasynthetic compounds formed from TON1 and a quantifier; see ER1] * * * …   Universalium

  • ...tonner — ton|ner 〈in Zus.; zur Bildung von Subst; m. 3〉 Straßenfahrzeug mit einem bestimmten, in Tonnen angegebenen zulässigen Gesamtgewicht, z. B. Dreitonner (in Ziffern: 3 Tonner) …   Universal-Lexikon

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”